À L'AFFICHE


Quelques critiques :

"La vie d'Amalia ou l'utopie communiste expliquée aux idéalistes" Texte lauréat du Prix de l'Auteur Européen Heidelberg 2007
" Une chronique au quotidien d'une grande intensité dramatique et portée par une actrice solide et émouvante" Laurent Coudol, Froggy's Delight
"Codrina Pricopoaia réalise un véritable exploit" Gilles Costaz, webtheatre.com
"Un intense voyage émotionnel" Semiologie-television.com
"Un questionnement corrosif et nécessaire sur le sens de la vie" Florence Gopikian Yeremian, BSCNews.fr

 

Amalia en images...


Résumé :

Pourquoi aller chez un spécialiste quand un lieu d'aisance peut convenir parfaitement à la chose ?
Un dialogue à quatre voix sur la féminité, la sexualité et leur découverte.
L'analyse en toute commodité de la femme et de son univers intime, dans une comédie à la fois
poétique, engagée et libérée.
Plus besoin de regarder par le trou de la serrure, elles vous ouvrent la porte !

Avec : Codrina Pricopoaia, Iuliana Neagu, Sarah Labhar et Raluca Nechita                                           Mise en scène : Dominique Fataccioli

Dossier de presse à télécharger ici.


La presse en parle...



Article en roumain écrit par Matei Visniec et Mirella Patureau et publié sur le site de RFI Roumanie

C'est par ici : http://www.rfi.ro/special-paris-85148-trei-actrite-romance-intr-un-spectacol-la-paris

 


La Compagnie...


09208.jpg

La Compagnie Galante a pour vocation de donner un cadre à la création d’œuvres artistiques contemporaines destinées à tout public. Les membres qui la composent sont des artistes qui ont choisi la compréhension du présent comme source d’inspiration. Les interactions humaines caractérisent notre présent et c’est pourquoi, afin de mieux nous comprendre, nous avons décidé de placer au centre de nos œuvres la vie confrontée à des possibilités comme exister, avoir, aimer, mourir…

La Compagnie existe depuis 2010, année zéro annonçant tout commencement et choisit de faire avec humour les choses graves et avec sérieux les choses drôles.