À L'AFFICHE


Quelles sont les blessures qui nous rendent perméables et fragiles ? Quels sont les excès intimes qui font que dans le déséquilibre nous sommes obligés de partir en quête de nous-mêmes ?
Beaucoup de questions m’ont envahies en lisant la pièce d’Alejandro Jodorowsky, Opéra Panique. Comment rendre visibles les froissements de l’âme, ceux-là même qui nous poussent à chaque fois à répéter les mêmes erreurs, à vivre selon les mêmes schémas. Pour rendre visible ce dénivelé à l’intérieur de chacun, j’ai voulu utiliser la lumière noire qui développe une radiographie de l’invisible, mais en même temps, par sa conception technique, rend toujours évidentes nos imperfections. Même le moindre grain de poussière.
Opéra Panique est pour moi une mise en abîme de ce que nous sommes en tant qu’individus, en tant qu’acteurs, auteurs, metteurs en scène, mais surtout en tant qu’entités perfectibles. Nous avons choisi le rire comme instrument fondamental de cette mise en scène car c’est dans la légèreté que nous pouvons nous engager sur la voie la plus sérieuse, celle de la découverte de soi-même.
D’ailleurs la devise de notre compagnie est depuis toujours de « faire avec humour les choses graves et avec sérieux les choses drôles ».
Codrina Pricopoaia, metteur en scène.
    

 

"Pour cet opéra à 6 voix, le principe évident est hors norme, c'est à dire pas normal ou normatif, mais hors jeu, à côté, en parallèle. Le jeu du cadavre exquis verbal de la pièce déstabilise la mécanique prévisible de la logique. Alors nous avons adopté la principe narratif des contraintes et des contrastes. la surprise est tapie là, derrière chaque mot-geste. Chacun doit reconstituer le parcours et en deviner la chute, avec le plaisir d'être surpris au final. Stimulation des plaisirs et pourquoi pas choisir cette carte plutôt qu'une autre. C'est une pièce divinatoire à deux médiums, Codrina et moi, le féminin et le masculin, et pour brouiller les pistes, il ne faut pas se fier aux apparitions."
Dominique Fataccioli, metteur en scène.
 

Dossier de presse à télécharger ici.

Article paru dans la chronique du 9 avril sur le site www.froggydelight.com

Article paru dans la chronique du 9 avril sur le site www.froggydelight.com

Article paru le 1er juin 2017 sur le site Web Théâtre, par Gilles Costaz

Article paru le 1er juin 2017 sur le site Web Théâtre, par Gilles Costaz


Amalia a inspiré Pierre Courtial illustrateur de BD qui du coup a réalisé ce magnifique dessin qui sera peut être un jour la nouvelle affiche d'"Amalia respire profondément".

Amalia a inspiré Pierre Courtial illustrateur de BD qui du coup a réalisé ce magnifique dessin qui sera peut être un jour la nouvelle affiche d'"Amalia respire profondément".

Amalia en images...


Résumé :

Pourquoi aller chez un spécialiste quand un lieu d'aisance peut convenir parfaitement à la chose ?
Un dialogue à quatre voix sur la féminité, la sexualité et leur découverte.
L'analyse en toute commodité de la femme et de son univers intime, dans une comédie à la fois
poétique, engagée et libérée.
Plus besoin de regarder par le trou de la serrure, elles vous ouvrent la porte !

Avec : Codrina Pricopoaia, Iuliana Neagu, Sarah Labhar et Raluca Nechita                                           Mise en scène : Dominique Fataccioli

Dossier de presse à télécharger ici.


La presse en parle...



Article en roumain écrit par Matei Visniec et Mirella Patureau et publié sur le site de RFI Roumanie

C'est par ici : http://www.rfi.ro/special-paris-85148-trei-actrite-romance-intr-un-spectacol-la-paris

 


La Compagnie...


09208.jpg

La Compagnie Galante a pour vocation de donner un cadre à la création d’œuvres artistiques contemporaines destinées à tout public. Les membres qui la composent sont des artistes qui ont choisi la compréhension du présent comme source d’inspiration. Les interactions humaines caractérisent notre présent et c’est pourquoi, afin de mieux nous comprendre, nous avons décidé de placer au centre de nos œuvres la vie confrontée à des possibilités comme exister, avoir, aimer, mourir…

La Compagnie existe depuis 2010, année zéro annonçant tout commencement et choisit de faire avec humour les choses graves et avec sérieux les choses drôles.